mardi 29 septembre 2009

Faites la moue



















Décembre 1967
:
Le général de Gaulle regardant s'éloigner Brigitte Bardot, qui était venue lui rendre visite, habillée d'un manteau «officier sexy» à brandebourgs, et chaussée de cuissardes : «Cette jeune femme a une simplicité de bon aloi !»


Septembre 2009 :
- «Brigitte bardot, qu'est ce que ça fait d'avoir soixante-quinze ans ?»
- «Mmm, ça fait chier !»

Alors, pour oublier que le temps passe et qu'il est loin de m'être favorable, cet extrait du Mépris, de Jean-Luc Godard.
Camille, c'est Bardot, Paul, Michel Piccoli :
- Camille «Donc tu m'aimes totalement ?
- Paul «Je t'ai
me totalement, tendrement, tragiquement.»
Pour entendre et voir leur merveilleux échange cliquer sur
scène culte n°46 Le mépris

Exposition Brigitte Bardot les années «insouciance», à Boulogne-Billancourt
La ville présente, du 29 septembre au 31 janvier au musée des Années 30, une exposition événement dédiée à Brigitte Bardot. L’actrice emblématique, qui a tourné plusieurs films à Boulogne-Billancourt, a marqué les arts et plus largement la société des années 50-60.

Brigitte Bardot, les années « insouciance», commissaire de l'exposition : Henry-Jean Servat
Du 29 septembre au 31 janvier.
Du mardi au dimanche de 11 h à 18 h. MA 30 (musée des Années 30).
Espace Landowski - 28, avenue André-Morizet.
Tarif : 11 €. Tarif réduit pour les Boulonnais : 8 €.
Réservation sur ww
w.expobrigittebardot.com, www.fnac.com, www.akouna.com et sur place.





DVD Le Mép
ris, entre 3,96 Euros et 6,29 Euros, sur le site Amazone
Avec Brigitte Bardot, Jack Palance, Fritz Lang, Michel Piccoli, Giorgia Moll

Musique Georges Delerue
Produit par Georges de Beauregard, Carlo Ponti, Joseph E. Levine (non crédité)
Scénario de Jean-Luc Godard, d'après le roman d'Alberto Moravia, réalisé par Jena-Luc Godard
Chef-opérateur : Raoul Coutard
S
cripte : Suzanne Schiffman (ces deux derniers ont accompagné le cinéma français et l'ont admirablement servi)

.

5 commentaires:

nadia a dit…

Patrick, c'est quoi ce long borborygme qui ne débouche sur rien hélas ? Une nouvelle insulte du capitaine Haddock ?

Patrick Mandon a dit…

Désolé, Nadia, haddock n'y est pour rien, seule la mise en page m'a posé quelques problèmes. Normalement, vous devriez lire sans difficulté.

Patrick Mandon a dit…

Nadia, malheur ! Votre photographie n'apparaît plus !

nadia a dit…

Une catastrophe nationale, vous voulez dire ?! Voilà, le malheur est réparé. Je ne sais pas pourquoi, que ce soit sur votre blog ou sur celui de Jérôme, ma photo se fait la malle régulièrement.

nadia a dit…

Patrick, c'est tout le dialogue qui est sublime. On a rarement mieux exprimé en quelques mots, derrière l'apparente coquetterie, ce besoin affamé qu'ont les femmes d'être sans cesse rassurées sur leur capacité de séduction et l'amour qu'elles inspirent...

- Tu vois mes pieds dans la glace ?
– Oui
– Tu les trouves jolis ?
– Oui, très
– Et mes chevilles, tu les aimes ?
– Oui…
– Et mes cuisses ?
– Aussi
– Tu vois mon derrière dans la glace ?
– Oui
– Tu les trouves jolies mes fesses ?
– Oui, très…
– Et mes seins, tu les aimes
– Oui, énormément …
– Qu’est-ce que tu préfères ? Mes seins ou la pointe de mes seins ?
– Je ne sais pas. C’est pareil
– Et mes épaules, tu les aimes ?
– Oui
– …et mon visage ?
– Aussi.
– Tout ? Ma bouche, mes yeux, mon nez, mes oreilles
– Oui tout
– Donc tu m’aimes totalement
– Oui. Je t’aime totalement, tendrement, tragiquement.